vendredi 28 septembre 2012

Un rêve (des lunchboxes)


Je ne sais par quoi commencer.

Si on m'avait dit un jour que la vie pouvait être aussi chouette, que le nirvana pouvait être direct en métro — et si près du Lafayette Gourmet ! —, je ne me serais sans doute pas tant rongé les sangs au commencement de ma vie d'adulte. Ni même après. En tout cas, quand je parlais du métier de mes rêves, je n'exagérais point du tout — à l'école primaire, les exercices de grammaire où il fallait souligner le verbe, le sujet, les compléments, faisaient déjà partie de mes activités favorites...
Une fois passée la surprise de voir des collègues geeks travailler et circuler en chaussettes dans l'open space, je dois dire que tout est absolument parfait — il faut juste veiller à ne pas trop bouger votre fauteuil à roulettes quand un de ces collègues en chaussettes vient vous aider à résoudre un problème. Quoi qu'il en soit, je n'aurais pas pu mieux tomber, car notre coin est régulièrement approvisionné tantôt en fruits, tantôt en tablettes de chocolat ou en bonbons ; c'est donc un véritable plaisir d'apporter des gâteaux maison et de les partager avec tout ce petit monde.

La seule ombre au tableau, c'est ce terrible blocage dès qu'il s'agit d'aligner trois mots d'anglais à l'oral, et ce réflexe de vouloir prendre mes jambes à mon cou quand une collègue anglophone me demande juste gentiment comment ça va — alors que je ne demande qu'à sympathiser. Autant dire que je ne suis pas une publicité convaincante pour l'anglais en LV2.
Ni pour l'allemand en LV1, en fait, parce que si je peux dire sans ciller "Cour Constitutionnelle Fédérale" (Bundesverfassungsgericht), "effet de distanciation" (Verfremdungseffekt), "Art dégénéré" (Entartete Kunst) ou encore "Saint-Empire romain germanique" (Heiliges Römisches Reich), je suis incapable de dire correctement "Il y a du sucre dedans" (Es ist Zucker drin) en parlant de la composition d'un plat — il s'agissait en l'occurrence d'un bento taïwanais, mangé lors d'une sortie déjeuner avec des collègues amatrices de boba (sic) ; mais de temps à autre, malgré la fatigue, le manque de sommeil, malgré le carnet de chèques déjeuner, je ne résiste pas au plaisir de me composer des lunchboxes, comme au bon vieux temps.











30 commentaires:

Claire a dit…

J'aurais juré que tu parlais anglais (et allemand) super bien!

Gracianne a dit…

Je viens de ranger ma modeste gamelle (de spaghetti al ragu maisons quand meme) dans le frigo, j'ai apporte une jolie pomme rouge de Normandie, mais quand je vois tes menus, je me dis que je ne saurai jamais faire aussi classe.
J'ai un faible tout particulier pour les aubergines au porc hache (tu n'aurais pas la recette quelque part?).
Tes collegues doivent ouvrir des yeux ronds quand ils voient ce que tu apportes, non?

ore a dit…

Oh lala, comme ça donne envie de soigner sa lunch box / de s'offrir un joli bento / d'être ta collègue !

Adibou a dit…

Quel plaisir d'entendre quelqu'un parler de son travail avec enthousiasme!

Ces bentos font très envie, cela va peut être me donner le courage d'accorder plus d'attention à ma pause déjeuner, généralement très sommaire...

J'attends avec impatience la prochaine recette!

Morning g a dit…

Vive le retour des lunchboxes !
C'est chouette de voir que tout a l'air de bien se passer à ton nouveau travail !
Moi aussi de nouveaux horizons vont me faire pratiquer davantage l'anglais, j'ai hâte (et je stresse un peu), par-contre je passe la barrière du périph...une petite concession pour un avenir plus riche en perspectives...

gabriella a dit…

Ce deffilé automnal de bentos est d'un
grand chic !! C'est quoi le "banh mi"
maison ?

Melendili a dit…

Je suis super contente que tu reprennes l'habitude de photographier tes lunchbox !!

Raids Pât a dit…

Sympas ces petits bentos !!

Riane a dit…

Contente que tu n'aies pas résisté.
Contente aussi que tu aimes tant ce que tu fais.
Moi; je débarque sur Paris demain (aïe; j'ai peur rien qu'à l'écrire: "demain"), dans une nouvelle école et un futur métier lundi.
Terrifiée qu'elle est, Riane.

chris a dit…

Je suis étonné par certains bentos du lien "comme au bon vieux temps" ^o^. Une plaquette de chocolat en entier ? (bon je n'aurais plus jamais de remords grâce à toi).

MM a dit…

Claire : ... que tu crois. Mon anglais oral est atroce, mais heureusement que je me débrouille bien à l'écrit (du moins au travail).
Quant à l'allemand, c'est un tout petit peu mieux.

Gracianne : Il y a quelques regards un peu surpris, ou des questions, mais pas tant que ça finalement...
En tout cas, je ne vois pas en quoi mes gamelles sont plus classes que les tiennes, car tes menus me font souvent très envie.

ore : La troisième option me paraît un peu compliquée, mais les deux autres sont tout à fait accessibles.

Adibou : Oui ! Tous les jours, je bénis l'informatique et l'internet d'avoir rendu ce métier possible, car il est en fait assez récent.
J'espère avoir bientôt une recette suffisamment intéressante pour être publiée...

Morning g : Bon courage pour ton nouveau boulot alors ! Tu te débrouilleras certainement très bien (mieux que moi, j'en suis sûre).

gabriella : Le banh mi, c'est un sandwich vietnamien avec du concombre, des carottes marinées, de la coriandre et de la viande/charcuterie (ici : du bœuf à la citronnelle). C'est un de mes sandwiches préférés, mais celui-ci n'était pas inoubliable. Il faudra que je réessaie.

Melendili : C'est un peu contraignant, et ça me fait prendre du retard le matin, mais j'aime bien les photos de lunchboxes :-)

Raids Pât : Merci !

Riane : Courage !
Je t'envie d'avoir encore la vie devant toi, et tous ces choix encore possibles... C'est terrifiant, certes, mais tellement excitant aussi.

chris : Hum, ne te réjouis pas trop vite, parce que je n'ai jamais mangé une tablette en entier le jour même. Elle pouvait durer plus de 2 jours, et était parfois partagée aussi (je suis gloutonne, mais j'ai mes limites aussi).

Camille a dit…

G. exagère un peu (on la connait :)
(je me souviens avec émotion d'un jour où je l'ai vue sortir pour un pique-nique aux Tuileries une superbe patte de lapin confite).

Je comprends, ô combien, le plaisir des lunchboxes, on sature vite des petits restaurants à un chèque déjeuner. Et le plaisir du partage avec des collègues gourmands.

Cécile a dit…

La seule vision des photos m'épate, je n'ose imaginer si je les voyais en vrai, mais ça me filerait des complexes, je me connais;-) En parlant de complexes, je comprends ce que tu ressens avec l'anglais. Le fait d'être contrainte de l'utiliser au quotidien pour ne pas être totalement coupée des gens (!) a eu progressivement raison de mon blocage et de ce stress de "mal" parler anglais. Et je t'avoue que j'aime de plus en plus cette langue, au point d'espérer vivre dans un pays anglophone.
A part ça, j'adorais moi aussi décortiquer grammaticalement les phrases mais ne m'en vantais guère, de crainte de passer pour une cinglée (que j'étais probablement,ça ne me gêne plus de le penser:-) ).
Ravie de te savoir si heureuse au boulot, ça fait rêver...
Je t'embrasse.

Patrick Cadour a dit…

Keep cool... tu es la seule que je connaisse en blog nutritif, dont j'ouvre les billets en me disant que de toutes façons, je vais me régaler d'images acidulées.

Tu peux faire le tour du monde avec ça, juste en parlant avec tes yeux qui transposent...

Lylou a dit…

Des bonbons à profusion ça ne vous fait pas peur? A moins que vous ne preniez pas un gramme. Je suis en train de penser que je suis aller à Berlin au mois d'Août. Je me réjouissais à l'avance de pouvoir parler quelques mots en allemand mais je me suis très vite aperçue que je ne tenais pas longtemps la route et que je passais très vite à l'anglais. Ceci étant, lire des magazines en langue étrangère m'aide beaucoup. Et j'ai repris des cours d'allemand avec Gisela.

MM a dit…

Gracianne : Je vais demander la recette d'aubergine à ma maman.

Camille : Bien sûr qu'elle exagère. Ses gamelles sont des gamelles 3 étoiles.
(Ce qui est bien aussi, c'est de sortir déjeuner avec les collègues :-))

Cécile : J'espère que tout se débloquera vite... En tout cas, je ne me préoccupe plus trop de faire des fautes, sinon je ne sors plus un mot...
J'espère que tout va bien pour vous. Je t'écris très bientôt.

Patrick Cadour : Je rougis tant je suis touchée par ce compliment :-)

Lylou : Alors, les garçons, je ne sais pas, mais moi, je n'ai pas peur car les bonbons ne m'intéressent pas du tout (c'est une chance :-)).
(C'est une excellente idée, les cours d'allemand !)

Camille a dit…

attends, la recette aubergine, c'est un menu de ta Maman ?! mais qu'est-ce que tu es chanceuse ! je donnerai TOUT pour que mon papa me prépare encore des petits plats (parfois, j'ai le droit à ma gamelle du dimanche-soir-après-le-train, c'est déjà chouette).

Gracianne a dit…

Tu sais Camille, la patte de lapin confite, c'était ma maman aussi - genre gamelle du dimanche soir avant le train :)
Ce que je voulais dire, c'est que je ne recherche pas tant l'esthétisme et la diversité, je me fais moins plaisir, je n'ai tout simplement pas le temps - mais c'est bon quand même.

Camille a dit…

Gracianne, tu oublies de petits détails, comme les boîtes en fer blanc avec des sablés, ou les pêches déshabillées à l'opinel. Cela dit, les photos me donnent envie d'acheter une boîte ronde, ou ovale, plutôt que mes bêtes rectangles.ça donne un petit air de fête.
(PS : les crackers de Mingou ne sont pas vendus en France, c'est tragique)

MM a dit…

Camille: Argh, je suis démasquée ! Oui, j'avoue, je triche un peu. Je recycle les restes du repas du dimanche chez mes parents (et ce sont les bento les plus réconfortants...).

Gracianne : Oh, mais tu triches aussi ! ;-)

Camille : Les shortbreads de F&M ne sont pas vendus en France, c'est tout aussi tragique.

Lathelize a dit…

J'adore! merci d'avoir remise cette rubrique à l'honneur.

Gracianne a dit…

Camille, ce n'est pas un Opinel, c'est un couteau suisse, je suis une inconditionnelle, il a un tire-bouchon, très utile dans le Paris-Gisors.

Mingou, ça m'arrive. Si tu me donnes la recette d'aubergine de ta maman, je te donne la recette de lapin de la mienne. Pour ne rien te cacher, les aubergines préparées de cette façon sont une de mes recettes préférées. J'ai longtemps essayé de la reproduire, puis abandonné. Je suis certaine qu'elle les fait très bien.

Camille a dit…

Mais ... on n'a pas besoin de tire-bouchon pour peler une pêche !

(Mingou, courage, la livraison arrive dans deux semaines)

avis a dit…

j'ai envie de gouter à tous tes bentos ^^

Le goût en éveil a dit…

Ca à l'air appétissant !

Anonyme a dit…

je peux vous demander ce que tu fais comme travail? il me semble que c'est qqch lie aux langues?? je cherche moi aussi dans ce secteur. Ta boite recrute tjrs??;)) (je suis anglophone).

Mathilda a dit…

Comme tous ces bentos sont jolis ! Et puis bravo pour avoir trouvé le bonheur au boulot, (je sais que tu sais que) ce n'est pas donné à tout le monde...

fanny a dit…

oh tous ces lunchs plus appetissants les uns que les autres. je peux venir travailler avec toi!

ps. felicitations pour avoir trouver un boulot qui te convient si bien.

x

MM a dit…

Lathelize : Moi aussi, j'aime bien la revoir de temps en temps :-)

Gracianne : Je te promets d'essayer de la lui soutirer très vite !

Camille : Elle tombe à pic, car je viens de finir mes derniers shortbreads :-)

avis : Alors, à part le banh mi, les paniers repas étaient assez bons, c'est vrai :-)

Anonyme : Envoie-moi un mail et je te dirai tout...

Mathilda : Oui, je sais bien, pour avoir galéré longtemps, que ce n'est pas donné à tout le monde... Je commençais à désespérer, d'ailleurs. Mais voilà, le pire n'est jamais sûr !

fanny : Merci merci ! Bon, ce n'est pas facile tous les jours non plus, mais j'apprends et j'espère progresser vite.
Je suis sûre que tu manges très bien de ton côté :-)

la fourmi élé a dit…

Classious les lunchboxes! avec la cantine pas trop de problème de ce côté! L'ambiance a l'air sympa dans ce boulot. Chez nous les collègues ne sont pas en chaussettes mais j'amène quand même des p'tits goûters régulièrement...faut se faire du bien!!